webleads-tracker

Pas de moyen d’authentification universel ?

Que les motivations soient d’origine réglementaire, sécuritaire ou ergonomique, les responsables informatiques doivent faire face à un défi complexe : protéger l’accès à leur système d’information tout en garantissant une expérience utilisateur de qualité.


L’authentification multi-facteur – ou MFA en anglais, pour ‘multi-factor authentication’ – est une excellente réponse à cette problématique puisqu’elle permet précisément de concilier ergonomie, sécurité et conformité à de nombreuses règlementations. Elle s’avère ainsi de plus en plus incontournable pour authentifier les utilisateurs sur un système d’information, quels que soient leur métier, leurs usages, ou les services auxquels ils accèdent.

Ce n’est donc pas un hasard si le marché de l’authentification est depuis quelques années – et probablement pour quelques années encore – dans une très bonne dynamique. Les solutions sont légions pour offrir une alternative aux sempiternels couples identifiant / mot de passe, source de bien des maux pour les utilisateurs que nous sommes : compliqués à mémoriser dès lors qu’on en utilise un nombre important, relativement facilement piratables, pas toujours très ergonomiques ni particulièrement adaptés au monde mobile, etc.

Mais ne nous méprenons pas : si de très nombreux éditeurs ou constructeurs proposent des technologies d’authentification toutes plus innovantes les unes que les autres, à base de support physique (carte, token USB, etc.), de biométrie (visage, iris, empreintes, voix, etc.), ou de code à usage unique envoyé via une notification sur un smartphone, il est illusoire et utopique d’imaginer qu’un seul et unique moyen d’authentification pourra être adapté aux usages de l’ensemble des utilisateurs d’une même organisation !

L’accès au SI est en effet un sujet complexe qui implique différentes populations d’utilisateurs, des contextes de connexion nombreux et variés, un vaste parc applicatif, etc.

Olivier Morel, directeur général adjoint chez Ilex International, partage son point de vue sur notre blog : Lire le billet

Retour aux actualités